Print this post Print this post

Edition spéciale “Black Friday”*  
Il est temps d’arrêter de courir les magasins pour nos achats de Noël

1,517 words

English original here

Version audio : Pour l’écouter sur un lecteur, cliquez ici. Pour télécharger le mp3, faites un clic-droit ici et choisissez « save link as » ou « save target as ». Version video : cliquez ici 

Bien que n’étant pas croyant, j’avoue que la période de Noël est ma préférée. Noël, tout comme les chiens, fait ressortir le meilleur de la nature humaine. Elle éveille en l’homme le désir de rendre son environnement plus beau et de décorer son âme de belles actions.

Une des pires choses qui soit ne consiste pas seulement à nuire aux gens, mais à leur faire du mal en exploitant leur bon cœur. Le pickpocket ne vole que votre bourse; l’escroc qui vous dépouille en vous faisant croire qu’il collecte des dons pour une bonne cause punit la vertu et sape cette pierre d’angle de toute société civilisée qu’est la confiance en autrui.

C’est pourquoi je méprise cette commercialisation de Noël. Il existe tout un pan de l’économie qui consiste en une industrie du “dernier trimestre” qui dépend entièrement des cadeaux de Noël. Les publicistes nous incitent à dépenser toujours plus et nous voilà pris dans une fièvre de dépenses quasi-maniaque et matérialiste, pour nous retrouver tout penaud devant le relevé de la carte de crédit et les remboursements à honorer. Aux États-Unis, les achats de Noël ont toujours commencé après “Thanksgiving”(fin novembre), mais on voit bien que d’année en année la période où les magasins commencent à sortir les articles pour Noël se rapproche d’Halloween (veille de la Toussaint). Et si on les laissait faire, on sait bien que les capitalistes nous feraient commencer nos courses en plein été, sous l’assaut de banales et insipides chansons de Noël diffusées en boucles dans tous les magasins.

Mais on ne peut faire commencer les achats de Noël n’importe quand. Si la religion avait son mot à dire, le limite absolue serait Pâques. Mais le facteur décisif est bien sûr le facteur économique, et on ne peut faire débuter les achats de Noël tant que les consommateurs n’ont pas fini de rembourser les achats à crédit du Noël précédent.

Le vendredi qui suit “Thanksgiving” s’appelle maintenant “Black Friday” ou “Vendredi Noir”. Normalement, un Vendredi Noir s’appelle ainsi afin de commémorer un massacre ou une catastrophe, et dans le cas des consommateurs, on peut dire qu’en effet, c’en est une. Les marchands se frottent les mains et engrangent les billets, mais les comptes des consommateurs se retrouvent dans le rouge.

Il est encore trop tôt pour une politique nationaliste blanche aux États-Unis, mais ceux d’entre nous qui possèdent une conscience raciale veulent quand même “faire quelque chose“.  La meilleure chose que nous puissions faire c’est de gagner en force en tant que communauté. Et la meilleure façon de nous y prendre c’est de se rendre aussi indépendants que possible du système politique et économique. La période de Noël est idéale pour commencer ce processus car c’est la période pendant laquelle nous dépensons le plus d’argent dans des choses idiote de la façon la plus débile qui soit, et ce, en un temps record.

Arrêtons de courir les magasins pour nos achats de Noël

Cessons de passer nos fêtes de fin d’année à faire du “shopping”.

Arrêtons de nous couvrir de dettes.

  1. Ne vous endettez pas. Gelez vos cartes de crédit. Littéralement.Allez dans la cuisine, remplissez un container en plastique avec de l’eau, mettez-y vos cartes de crédit et mettez-les au congélateur. Et n’y touchez absolument pas avant janvier. Et en janvier, essayez de résister encore un peu à la tentation de les dégeler et voyez combien de temps vous allez réussir à vous en passer.
  2. Libérez-vous de l’obligation d’offrir. Faites une liste de ceux avec qui vous échangez des cadeaux. Si vous assez de cravates, de pullovers, si vous avez des tonnes de gadgets inutiles à ne plus savoir qu’en faire, et que vos amis sont dans la même situation, appelez-les et proposez leur de vous absoudre les uns les autres de cette obligation.
  3. Si on vous offre un cadeau qui ne vous plaît pas ou dont vous n’avez pas l’usage, peut-être ferait-il plaisir à quelqu’un d’autre? Admettez-le, l’idée vous a affleuré. C’est quelque chose que j’ai souvent fait, généralement avec des pulls. Beaucoup de gens achètent pour acheter, et combien de ceux qui vous offrent un cadeau de Noël vous connaissent assez bien et ont assez de goût pour vous offrir le cadeau de vos rêves? Et c’est ainsi que vous vous retrouvez avec des présents entre les mains qui auraient ravi quelqu’un d’autre et finissent pas prendre de la poussière dans un de vos placards. Offrir un présent que l’on vous a donné à quelqu’un qui l’appréciera, c’est lui donner une nouvelle vie, sans que cela vous coûte un centime. Et en plus, cela fait de la place dans les armoires.
    Je commence à réfléchir à qui je pourrais donner ces cadeaux que j’ai reçus et qui ne sont pas vraiment pour moi très tôt dans l’année (pour être parfaitement honnête, j’y pense le jour de Noël), tandis que nombreux sont ceux qui s’y mettent à la dernière minute.
  4. Créez, Réutilisez, Redonnez une nouvelle vie aux objets. Êtes-vous capables de faire vos propres cartes de Noël, vos guirlandes, vos décorations? Allez-y, faites-les. Avez-vous eu une récolte abondante au jardin ou au verger? Pourquoi ne pas offrir des tartes ou des confitures? Savez-vous cuire du bon pain, faire de la bière, mettre le vin en bouteille? Offrez-en pour Noël. Les meubles anciens sont généralement de meilleure qualité que les neufs; apprenez l’art de les remettre en état ou de les retapisser. Savez-vous refaire les reliures des livres? Proposez à un ami de lui relier son livre préféré. Savez-vous coudre, tricoter, faire du crochet? Créez quelque chose. Entre maintenant et Noël vous avez le temps. Et même peut-être le temps d’apprendre de nouveaux savoir-faire.
  5. Transmettez vos savoirs, encouragez les autres, donnez-leur les moyens de devenir maîtres de leur savoir. Avez-vous des savoir-faire et des connaissances que vous pourriez partager avec vos amis? Offrez-leur des “chèque-cadeaux (fait-mains bien sûr) valables pour des leçons. Jouez-vous du piano? Proposez à vos amis d’offrir à leurs enfants quelques leçons d’introduction . Savez-vous comment entretenir et réparer une automobile, la climatisation, les vélos, les appareils électro-ménagers, la plomberie, la tondeuse à gazon? Et bien je suis sûr que la plupart de vos amis en sont bien incapables. Ils dépensent des centaines de dollars tous les ans à réparer ou remplacer des choses qu’ils n’ont pas entretenues comme il le faudrait. Apprenez-leur à entretenir et réparer et ils feront des économies et deviendront plus autonomes. Êtes-vous un cordon bleu? Offrez à vos amis des leçons de cuisine. Beaucoup de gens dépensent des sommes pharamineuses à manger au restaurant. Qu’ils sachent mitonner de bons petits plats, et ils n’éprouveront plus ni le besoin ni l’envie de manger dehors.

Si vous avez encore des cadeaux à acheter après avoir lu la liste ci-dessus et que vous vous sentez obligé de sortir la carte de crédit et de courir les magasins (ou de surfer sur le Web), voici quelques petites règles à observer:

  1. Achetez local, dans de petits magasins, boycottez les grandes surfaces et grandes
    enseignes.
  2. Achetez des articles produits par les Blancs du monde entier et non par d’autres races
  3. Allez regarder du côté de ce que font les artistes et les artisans et évitez comme la peste la
    production de masse de camelote en plastique.
  4. Tant qu’à dépenser votre argent, donnez-le à ceux qui restent conscients de leur appartenance raciale. Achetez chez les éditeurs, libraires et autres marchands qui sont attachés à leurs racines. Amis lecteurs, n’hésitez surtout pas à nous donner, dans les commentaires ci-dessous, la liste des entreprises, boutiques, artisans etc… qui sont fiers de leur appartenance à la race blanche.

Non, je ne suis pas un vieux rapiat¹, ni un rabat-joie². Je ne suis pas en train d’essayer de vous voler votre Noël! Je suis simplement en train de suggérer que nous fêtions Noël de façon intelligente et créative, que nous célébrions cette fête de manière à ce que cela profite à notre communauté au lieu de l’appauvrir, de manière à ce que nous en soyons plus forts. Retrouvez un Noël dans sa simplicité d’antan et retrouvez les liens avec vos proches et votre communauté, voilà qui rendra à cette fête à la fois sens et joie.

Joyeux Noël à tout le monde à Counter-Currents/North American New Right!

Source:  Confessions of a Reluctant Hater³  par Greg Johnson

* Black Friday : expression d’origine américaine, littéralement “vendredi noir.  Jour de soldes qui suit la fête américaine du “Thanksgiving”, où l’on assiste à de véritables ruées sur les articles soldés et parfois à de véritables émeutes. Se propage maintenant à tout le monde anglo-saxon et sur Internet.

¹ Scrooge dans le texte original: personnage principal de Dickens dans les “Contes de Noël”, archétype du vieil avare.

² The Grinch dans le texte original: monstre créé par Dr Seuss, célébrissime écrivain pour les enfants dans les pays anglo-saxons. Apparaît dans le livre: “Le Grincheux qui voulait gâcher Noël”.

³ Peut se traduire en français par ” Confessions d’un haineux récalcitrant”

 

 

 

Related

One Comment

  1. Posted January 15, 2017 at 9:37 am | Permalink

    Simply wish to say your article is as amazing. The clarity in your publish is simply excellent and i could think you are an expert in this subject.
    Fine together with your permission allow me to snatch
    your RSS feed to keep up to date with imminent post. Thank you
    one million and please continue the enjoyable work.

    Kindle Subscription
  • Our Titles

    You Asked For It

    More Artists of the Right

    Extremists: Studies in Metapolitics

    Rising

    The Importance of James Bond

    In Defense of Prejudice

    Confessions of a Reluctant Hater (2nd ed.)

    The Hypocrisies of Heaven

    Waking Up from the American Dream

    Green Nazis in Space!

    Truth, Justice, and a Nice White Country

    Heidegger in Chicago

    The End of an Era

    Sexual Utopia in Power

    What is a Rune? & Other Essays

    Son of Trevor Lynch's White Nationalist Guide to the Movies

    The Lightning & the Sun

    The Eldritch Evola

    Western Civilization Bites Back

    New Right vs. Old Right

    Lost Violent Souls

    Journey Late at Night: Poems and Translations

    The Non-Hindu Indians & Indian Unity

    Baader Meinhof ceramic pistol, Charles Kraaft 2013

    Jonathan Bowden as Dirty Harry

    The Lost Philosopher, Second Expanded Edition

    Trevor Lynch's A White Nationalist Guide to the Movies

    And Time Rolls On

    The Homo & the Negro

    Artists of the Right

    North American New Right, Vol. 1

    Forever and Ever

    Some Thoughts on Hitler

    Tikkun Olam and Other Poems

    Under the Nihil

    Summoning the Gods

    Hold Back This Day

    The Columbine Pilgrim

    Confessions of a Reluctant Hater

    Taking Our Own Side

    Toward the White Republic

    Distributed Titles

    Tyr, Vol. 4

    Reuben

    The Node

    A Sky Without Eagles

    The Way of Men

    The New Austerities

    Morning Crafts

    The Passing of a Profit & Other Forgotten Stories

    Asatru: A Native European Spirituality

    The Prison Notes

    Standardbearers

    Tyr

    The Lost Philosopher

    Impeachment of Man

    Gold in the Furnace

    Defiance